Mercredi 22 Mars 2017
19h30 - l'Apollo Théâtre

Miléna Kartowski-Aïach (France)

Chants hassidiques féminins

Miléna Kartowski-Aïach : chant

Qaïs Saadi : oud

Musicienne et anthropologue, Miléna Kartowski-Aïach est née en 1988 à Paris, d’une mère ashkénaze d’origine polonaise et d’un père séfarade et judéo-berbère, né en Algérie. Depuis son plus jeune âge elle se destine et s’adonne à la création artistique. Elle apprend le Yiddish et les chants hassidiques à Brooklyn, près de Williamsburg, où vivent les hassidim. Voulant rendre hommage aux femmes réduites au silence, elle mène l’enquête aux quatre coins du monde.

Elle tente aujourd’hui d’interpréter ces chants hassidiques féminins, sacrés, cachés et poétiques, accompagnée par le musicien Qaïs Saadi, talentueux joueur de oud franco-algérien.

« Nous avons tous deux vécu au Moyen-Orient, et il nous est apparu évident qu’un tel répertoire mystique juif devait prendre sa source et sa sonorité au cœur de ce bassin oriental mythique. Nous avons pris le parti de laisser l’improvisation mener ce voyage musical afin d’avoir toute la liberté de plonger dans la mystique de ces chants féminins. » Miléna Kartowski-Aïach

Passionnée par la recherche et les études, Miléna obtient sa licence de Philosophie à l’Université Paris 4 la Sorbonne, et son Master de Philosophie des Religions à l’Université de Bordeaux 3. Son mémoire de master porte sur « L’identité et la culture des juifs berbères du Maroc» et pour ce faire elle a mené des recherches entre Israël, le Maroc et la France. Sujet pionnier, elle essaie d’enregistrer, de sauver et de patrimonialiser le répertoire oral traditionnel de la musique judéo-amazighe (berbère), et de le faire reconnaître comme patrimoine immatériel de l’humanité, en danger, auprès des institutions officielles. Miléna est dipômée en 2014 de SPEAP à Sciences Po Paris, Programme d’Expérimentation en Arts et Politiques, crée par Bruno Latour. Dans le cadre de SPEAP, elle mène une recherche anthropologique dans une ville sinistrée et désindustrialisée du nord de la France, Bohain en Vermandois. Elle décide de représenter l’enquête en créant une pièce de théâtre anthropologique, avec la population, dans une friche textile. La pièce Bohain Sera est jouée deux fois et un film documentaire est en préparation.

En Février 2014 elle coordonne à Paris un projet de témoignages filmiques sur la mémoire des juifs d’Algérie pour l’association américaine Jimena. 

Copyright © fmsp 2018

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey YouTube Icon
  • Grey Instagram Icon